Graag hou ik u hier op de hoogte van de reis die Lijfwacht aflegt of afgelegd heeft.

Edward Bach (1886 - 1936) was een Engelse arts, bacterioloog, en homeopaat. Hij werkte onder meer in het Londense Universiteitsziekenhuis waar hij verschillende vaccins ontwikkelde. In het Londense Homeopathisch Ziekenhuis kwam hij in aanraking met het werk van Samuel Hahnemann, de grondlegger van de homeopathie.
Hij  ontwikkelde de darmnosodes en de Bachbloesems. 

 

 

Nieuws

Nieuws

 

Causerie gesprek georganiseerd door Timotheus project (https://www.timotheus.org) op vrijdag 12 maart 2021

Na een interview over het boek wordt u de kans geboden om vragen te stellen. U kunt zich inschrijven via: https://inschrijven.timotheus.org/cursussen/webinar/causerie-timotheus-in-gesprek-met-leon-scheepers

Van Lijfwacht wordt een luisterboek gemaakt in de schoot van de "Uitsprekerij" en ingesproken door Gert Jochems.  

Vertaling in het Frans is voorzien voor lente-zomer 2021.

Deze vertaling wordt verzorgd door Erik Buelens, voorzitter van de Belgische patiëntenvereniging Pro Homeopathia

(https://www.prohomeopathia.be). 

Hier al de Franse vertaling van het Woord Vooraf:

Préface du livre: 

« Qu’elle est donc fragile, la santé ! Celles et ceux dont l’état général est compromis en témoigneront. Une santé déficiente entraîne avec elle tant de perspectives d'avenir ! Or, c’est souvent la chance ou la malchance qui en décide. La plupart des gens considèrent la santé comme allant de soi. La mission première du médecin est de maintenir ces personnes en bonne santé. Il dispense des conseils d’hygiène de vie classiques, bien sûr. Et quand il le faut, il prescrit un remède homéopathique qui répond à la totalité des symptômes du patient.

Ce livre esquisse mes quarante ans de carrière. Les correcteurs du manuscrit, tous patients de l’homéopathie depuis de nombreuses années, m’ont confié qu'en lisant cet ouvrage, ils comprennent enfin la logique sous-jacente et le fonctionnement de la médecine homéopathique. Ils se disent ébahis du rôle de la médecine homéopathique dans la société humaine (le consensus dominant, Big Pharma, la législation, le rôle de la presse).

Les chapitres du livre:

Chapitre 1: Les développements de la médecine moderne

La médecine conventionnelle accorde depuis quelques années une attention accrue aux médicaments individualisés. Cette évolution s'écarte du principe de la solution unique, selon lequel tous les patients souffrant d'un même trouble reçoivent le même médicament. Par ailleurs, le microbiome suscite un intérêt croissant. Ces changements d’approche influencent la façon d’appréhender les patients et les médicaments. Ils ouvrent de nouvelles perspectives. Saluons cette évolution remarquable. Elle se rapproche – enfin – de l’homéopathie qui, depuis sa création, prescrit des médicaments sur la base des symptômes individuels du patient et qui, depuis plus de 80 ans, intervient aussi lors de perturbations du microbiome.

Chapitre 2: Le  consensus dominant

Le mode de pensée du réductionnisme s’est hissé au rang de norme en médecine à partir du XIXe siècle, jusqu’à s'imposer comme consensus dominant. L'empirisme est rejeté, provoquant un schisme entre la médecine conventionnelle et la médecine homéopathique.

Le mode de pensée réductionniste prône l’essai contrôlé et randomisé (RCT – Randomized Controlled Trial) comme technique idéale pour prouver l'efficacité d'un médicament. Les résultats obtenus par RCT sont considérés comme établis par des preuves (Evidence-Based Medicine, abrégé en E.B.M.). Cette méthode de recherche fait l'objet de multiples critiques, mais celles-ci ne sont pas acceptées.

L'empirisme doit retrouver toute sa place aux côtés du réductionnisme. L'un n'exclut pas l'autre. Les découvertes en épigénétique feront-elles office de passerelle?

Chapitre 3: La pratique quotidienne

J’aborde les trois principes de base de la pratique homéopathique quotidienne : l'égalité entre les symptômes du patient et ceux obtenus par essai (proving), la dynamisation en tant que processus spécifique de préparation des médicaments homéopathiques et l'individualisation, qui se focalise sur le patient en tant que personne et non sur la maladie.

Dans la deuxième partie, j'explique comment prendre un tel médicament et quel effet il peut avoir. Je présente aussi les patients de l’homéopathie et les raisons de leur choix thérapeutique. Enfin, j’explique pourquoi la recherche d'un remède homéopathique peut se révéler particulièrement complexe.

Chapitre 4: 40 anecdotes

J’illustre mes quarante ans de carrière d’autant d’anecdotes tirées de la pratique quotidienne. Ce sont de courts récits révélateurs d'un incident remarquable. De quoi donner au lecteur un aperçu de la façon de travailler en homéopathie. Chaque cas est explicité. Il décrit brièvement la personnalité du patient et présente le remède homéopathique prescrit.

Chapitre 5: La crise du coronavirus

Ce chapitre récapitule diverses épidémies et pandémies auxquelles l'humanité a dû faire face au cours du XXe siècle et montre le rôle de la médecine homéopathique dans la lutte contre ces maladies. J’aborde évidemment la crise du coronavirus de 2020 et mon expérience personnelle jusqu'au 19 septembre 2020. Je décris la contribution que les médicaments homéopathiques ont pu apporter à une série de patients de la Covid-19. Ces résultats étaient franchement encourageants, mais l’approche se heurte évidemment à des résistances.

Chapitre 6: La Loi Colla

La Loi Colla, du nom de Marcel Colla, ministre de la santé publique à l’époque, régit, définit et réglemente l’homéopathie en Belgique. Les années 70 et 80 ont vu une forte augmentation du nombre de praticiens des médecines complémentaires, dont l’homéopathie. La mise en œuvre d'un cadre dans lequel ces praticiens pouvaient opérer s’est révélée ardue. Ce chapitre donne un aperçu de ce processus politique difficile.

Chapitre 7: Histoire de l'homéopathie

Le médecin allemand Samuel Hahnemann est le fondateur de l'homéopathie. Sa méthode médicale se fonde sur le principe de similitude déjà cité par Hippocrate : « Similia Similibus Curentur » ou « Les semblables se guérissent par les semblables ». Ce chapitre aborde le développement de la médecine homéopathique, notamment en Belgique, où elle s’est déjà implantée du vivant d’Hahnemann. Vous lirez également que l'incrédulité quant à l’efficacité des médicaments homéopathiques n'a rien de neuf. J’y explique enfin la situation dans quelques autres pays.

Chapitre 8: Pourquoi pas une seule médecine ?

J’y explique pourquoi il n'y a, à mon avis, pas qu’une seule médecine. Ce chapitre raconte aussi mes propres expériences avec la médecine conventionnelle. J’utilise en premier lieu des médicaments homéopathiques, dans ma pratique quotidienne. Ce n'est que lorsque je n’obtiens pas le résultat souhaité que je fais appel à la médecine conventionnelle. Je ne me considère donc pas homéopathe, une appellation qui a souvent une connotation négative. Je suis un ‘médecin avec une qualification supplémentaire en médecine homéopathique’. La sécurité du patient prime sur la question de savoir quelle approche thérapeutique a raison.

Chapitre 9: La presse

L'homéopathie est souvent présentée de manière négative dans la presse. Or, les journalistes n'ont habituellement aucune notion de cette discipline et posent des questions qui mettent immédiatement l'interlocuteur sur la défensive, écartant toute possibilité d’une interview approfondie. Je présente quelques articles de journaux et dénonce les préjugés tenaces et le ton parfois carrément humiliant qui y prédominent.

Chapitre 10: Les patients

Ce chapitre est consacré aux associations de patients qui continuent à se battre pour leur droit à la liberté thérapeutique, en particulier pour le droit de se faire traiter avec des médicaments homéopathiques. Je cite les avantages de la médecine homéopathique pour l'environnement tant interne qu’externe.

Dans ma conclusion, je plaide pour une médecine intégrée qui, dans un premier temps, tente de soulager la souffrance du patient de la manière la plus douce possible avec des médicaments homéopathiques et qui, en cas de nécessité, utilisera l'incroyable arsenal thérapeutique de la médecine conventionnelle. Ne serait-ce qu’un rêve ? Je termine par ce dicton d'Épictète : « Tout le monde savait que c'était impossible, jusqu'à ce qu’arrive quelqu'un qui l’ignorait. » Laissez-moi être celui qui ne savait pas».

Léon Scheepers est médecin généraliste (Katholieke Universiteit Leuven, 1980) avec une formation complémentaire en homéopathie. Il travaille dans un cabinet médical multidisciplinaire, avec trois autres médecins et neuf paramédicaux.

© 2023 by Andi Banks. Proudly created with Wix.com